rightspace

Blue Form CULTURE   

 

   

C’est une région essentiellement bouddhiste (bouddhisme tibétain) mais également musulmane.

 

La tradition locale raconte que deux grands maîtres tibétains auraient vécu au Zanskar au cours du 10/11ème siècle : Naropa au monastère de Dzongkhul et Marpa au monastère de Thongde. Ce sont les ordres des Gelugpas ( bonnets jaunes des monastères de Karsha, de Phuktal) et des Dugpa-kagyupas (bonnets rouges du monastère de Bardan) qui sont les plus présents.

La vie des Zanskarpas est totalement imprégnée de leur religion et chaque acte de la vie est prétexte à une cérémonie.

Au Zanskar, bien qu’interdite depuis 1941, la polyandrie est de moins en moins pratiquée.

Cette coutume permettait de maintenir l 'intégrité du domaine pour que les terres, peu fertiles, ne soient divisées en de trop petites parcelles : une famille qui a plusieurs fils choisit une femme, appelée « Nama », que les frères se partagent. L'aîné est le seul mari légal de la Nama, mais ses frères ont droit à une part équitable de son amour et de son attention. Les enfants sont tous attribués au frère aîné.

 

Le mari vient habiter dans la maison de sa femme, mais dans ce cas, c'est sa femme qui est chef de famille. On a donc un seul mariage par génération et l 'héritage est effectif au moment de la naissance du premier enfant. La solution inverse se présente occasionnellement. Si une famille n’a que des filles, on choisit pour l’aînée un mari-servant, un « magpa », qui vient vivre dans la maison de sa femme.

L'héritage comprend : les champs, les animaux, la maison et le pérak : cette coiffe typique du Zanskar est portée par la femme du chef de famille ou par la femme chef de famille. Il y a un pérak par famille et il fait partie du patrimoine.
INFOS Femme

 

Dans chaque famille, un enfant, garçon ou fille, devient moine ou nonne.

 Il apprendra alors à lire, à écrire et à compter. Les moines ne sont pas cloîtrés.

Ils sont consultés à chaque moment important de la vie des familles.

Le moine astrologue calcule quel jour est le plus favorable pour commencer les labours, semer, récolter ou entreprendre un déplacement. D'autres moines sont appelés pour bénir les semences, les yaks, les récoltes, célébrer les naissances, les mariages et les crémations.

La religion est omniprésente. Sur le toit ou à l'étage le plus haut, chaque maison a une pièce avec un petit autel, sept coupes d'eau, des images de divinités, une photo du Dalaï Lama et des offrandes. Chaque jour, matin et soir, le chef de famille vient devant cet autel réciter les prières pour la santé et le bonheur de ses proches.

rightspace